Pour argumenter sur le meilleur, je vais devoir mettre de cotés de bons arguments…

Pour argumenter sur le meilleur, je vais devoir mettre de cotés de bons arguments…

Sur les bons conseils de Zig Ziglar,  je rebondis sur le besoin d’épurer son offre commerciale de certains « bons » arguments, pour n’en ressortir que les « meilleurs »…

… et sur le fait que nos clients se posent la même question pour décider de leur achats…

Zig Ziglar nous dit « Afin de pouvoir dire oui à ce qu’il y a de meilleur, je me dois de dire non à ce qui est bon »

Cette réflexion est issue d’une petite analyse toute simple qu’il nous propose : si je fais le compte de toutes les bonnes choses que je souhaite accomplir dans une période donnée… et que j’évalue avec réalisme le temps nécessaire à les réaliser correctement… en dormant 7 heures par nuit… j’ai besoin de 300 heures par semaine, qui n’en compte que cent soixante huit… Je vais donc, de fait, mettre de côté de nombreuses bonnes choses…

Argumenter sur le meilleur suis la même loi… si je fais le compte de tous les atouts de mon offre, que je les présente en détail… mon temps nécessaire à réaliser la vente devient très supérieur au temps que mon contact va affecter à lire ma présentation, mon devis, mon site internet, à mon temps réel d’échange avec mon client potentiel en entretien commercial téléphonique ou face à face, et très supérieur également à mon temps personnel dans mon organisation commerciale… donc, il va me falloir choisir… et mettre en avant les points les plus pertinents…

Pour argumenter sur le meilleur, je vais donc devoir mettre de cotés de bons arguments…

Philippe Vachet

Ancien directeur commercial et dirigeant de PME industrielle, diplômé du DESS Marketing de l’IAE de Grenoble et de l’Ecole Supérieure des Sciences Commerciales d’Angers (ESSCA), Philippe Vachet a particulièrement travaillé sur les fonctions commerciales, achats, management et informatique. Il intervient depuis 2010 en conseils et formations auprès des entreprises qui souhaitent faire évoluer leur organisation commerciale et améliorer leurs relations clients. Sur la base de ses observations auprès des commerciaux et dirigeants de petites entreprises, il réalise en 2013 la conception d’un nouveau logiciel de suivi de la relation client. La société LeadWork est créée en Septembre 2013 sous l’impulsion de ce projet qui aboutira au lancement de LeadCRM en 2015.

You must be logged in to post a comment